Synthèse du grand débat (granddebat.fr) organisé par le président Emmanuel Macron et son gouvernement dirigé par Édouard Philippe. Quand les citoyens participent à la conception d’un nouveau modèle de société.

Auteur: Leo Trespeuch (EGUQTR) et Elisabeth Robinot (ESGUQAM)

Résumé: L’objectif de cette recherche est de réaliser la synthèse du débat national qui a commencé en France le 15 Janvier 2019. Selon le Président de la France, l’objectif est de faire émerger un nouveau contrat social indépendamment des sensibilités politiques. En ayant recours à la netnographie, (Kozinets, 2002, 2010), cet article propose une synthèse des centaines de milliers de contributions déposées par les citoyens sur le site granddebat.fr. Les résultats mettent en lumière une forte volonté de changement pour aller vers une société qui donne plus de place aux citoyens. Les résultats soulignent le désir d’une société française plus respectueuse de l’environnement et orientée vers la proximité tant sur le plan de la consommation que des impôts et services de l’état.

Introduction

Suite à une crise sans précédent dans sa forme et face à une impasse politique, le Président de la France Emanuel Macron a proposé aux français un grand débat sur : « un nouveau contrat pour la Nation » qui permettra selon ses mots de « structurer l’action du Gouvernement et du Parlement, mais aussi les positions de la France au niveau européen et international». Cette ouverture de l’exécutif à des millions de citoyens est à priori inédite dans l’Histoire du monde.  Du côté des citoyens, ce débat arrive à un moment propice. En effet, les études ont mis en exergue que le développement d’internet et des réseaux sociaux poussent les individus à participer et à être de plus en plus engagés dans leur citoyenneté (Kotler et al., 2017; Trespeuch, 2017). Ainsi, ce débat répond aux besoins d’expression de la population et permet à tout à chacun de s’exprimer et de partager ses idées.

Cependant, comment faire en sorte de synthétiser les milliers de contributions ? La difficulté réside dans leur synthèse. En effet de nombreuses études ont montré que le non-respect de la volonté des individus pouvait être la source de réactions affectives négatives comme la colère, la frustration et le dégout. Associées à ces réactions négatives des comportements tels que des campagnes de boycott, un bouche à oreille négatif et différentes actions allant à l’encontre de la source de la frustration peuvent alors apparaitre (Damasio, 1994, 2003; Füller et al., 2009; Kähr et al., 2016). Pour limiter ces externalités négatives, cette étude propose une analyse transparente des 147 048 contributions issues du site granddebat.fr afin de faire émerger des consensus au sein des différentes contributions. Pour cela une analyse quantitative et sémantique, en partie inspirée des travaux de Kozinets (2002, 2010) sur la netnographie a été retenue. Cette synthèse permet de faire ressortir les mots les plus saillant au sein des diverses contributions.

Vis-à-vis de la présentation, les quatre thèmes proposés : (1) la transition écologique, (2) la fiscalité et les dépenses publiques, (3) la démocratie et la citoyenneté puis (4) l’organisation de l’état et des services publics seront analysés et discutés un à un dans l’ordre de présentation du site internet. Les principaux résultats de cette étude mettent en lumière un fort désir des citoyens de s’investir dans la vie politique et de modifier en profondeur la société Française. Les centaines de milliers de citoyens qui ont participé à ce débat en ligne aspirent à plus de proximité géographique avec les services de l’état, avec l’impôt et avec l’environnement au travers d’une consommation plus locale.

Étude 1 : Transition écologique

L’étude 1 porte sur la transition écologique. Selon la lettre aux Français du Président Emmanuel Macron, personne ne conteste l’importance de la transition écologique. Il y a, toujours selon ses mots, une « Nécessité d’agir vite… Plus nous tardons à nous remettre en cause, plus ces transformations seront douloureuses».

Sur ce thème, les contributeurs étaient invités à répondre aux questions concernant le financement de la transition, l’accessibilité de la transition à tous, le logement et les déplacements et enfin comment faire en sorte que le débat existe à l’échelle Européenne.

En lien avec ces questions, le site internet a enregistré 46 436 contributions de 39 949 participants au 20 Janvier 2019.

Résultats et Synthèse de l’étude transition écologique

 

Avec 46 436 contributions, l’écologie, présentée comme le premier sujet sur le site internet granddebat.fr, est le deuxième thème à recueillir le plus de participations de la part des citoyens.

De nombreuses études soulignent que désormais les individus sont de plus en plus sensibles à la protection de la planète et aux démarches environnementales (Han et al., 2017). D’années en années, le jour où l’empreinte écologique de l’humanité dépasse la « biocapacité » de la planète ne cesse d’avancer et les actions de communication n’ont cessé de se multiplier afin d’eveiller les conscience sur ce sujet. La prise en compte de l’environnement est désormais un enjeu de société majeur (Etude Ethicity – GreenFlex, 2016). Aussi, selon le rapport « Modes de vie et pratiques environnementales des Français » il semble que les ménages français soient de plus en plus préoccupés par la protection de l’environnement (statistiques.developpement-durable.gouv.fr). Les résultats de la présente étude mettent en avant cette prise de conscience. La sémantique « transition », « écologie », « environnement », « planète », « urgence »  abonde en ce sens.

Par exemple Cece64 dit : « Pour une planète verte, pour que les autres états partagent nos choix, il faudrait avoir une politique d’écologie et d’environnement plus forte! La France pourrait ne plus acheter de produits étrangers ne respectant pas une certaine charte éco-responsable…» et Croc « Il faut arrêter de vivre au-dessus des moyens de la planète. Commençons par la respecter. »

Au regard de la littérature académique, un individu préoccupé par l’environnement se définit comme ayant une préoccupation pour l’environnement élevée. Il agit selon l’idée d’un bien-être sociétal ou environnemental (Steg et Vlek, 2009).  Ainsi, un individu préoccupé par l’environnement tend à minimiser son impact négatif sur l’environnement dans sa consommation, de l’acquisition à l’élimination des produits en passant par leurs utilisations (Kreziak, 1998). Ces individus, au travers de leurs actes, dépassent leurs besoins primaires de satisfaction pour se réaliser dans leur consommation. Ce sont des individus acteurs qui agissent dans le but de refléter un certain style de vie:  par exemple celui d’un individu informé, intelligent et responsable. Le comportement permet alors de renforcer son identité et son positionnement dans la société (Petkus, 1992; Solomon, 1983).  On retrouve cet aspect avec des thèmes comme « consommer mieux » « faire en sorte que les choses changent en faveur d’un environnement protégé » qui mettent en lumière des citoyens désireux de modifier leurs habitudes.

Comme Marionvvdb « Il ne faut pas commencer par chercher des solutions qui permettent de consommer toujours plus, mais consommer moins et mieux. »

De nombreuses interventions portent sur une baisse de la consommation et une consommation plus locale et responsable. Selon (Ozcaglar-Toulouse, 2009), ce consommateur adopte des comportements qui s’inscrivent à la fois “dans” et “contre le marché”.

Enfin, par rapport à ces différents comportements, la question des « transports » et de la « voiture » occupe une place prépondérante. De nombreux citoyens proposent des mesures pour intensifier le développement et l’utilisation des transports en commun, limiter les déplacements, favoriser les voitures à l’hydrogène ou les voitures électriques (à l’inverse, certains citoyens argumentent contre les voitures électriques en lien avec la problématique des batteries). Cette polarisation des débats autour de la voiture se justifie en partie par la part de celle-ci dans les émissions de CO2 au niveau national.

(https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/)

Pour synthétiser, de nombreux français aspirent à une transition écologique afin que la société Française soit plus respectueuse de l’environnement. Enfin, les thèmes de la consommation locale et des transports se retrouvent également de ce débat sur la transition écologique.

Etude 2 : Fiscalité et dépenses publiques

Ce sujet est introduit par le président de la France, Emmanuel Macron, de la manière suivante : « L’impôt est au cœur de notre solidarité nationale. C’est lui qui finance nos services publics. […]. Il permet de verser aux plus fragiles des prestations sociales mais aussi de financer certains grands projets d’avenir, notre recherche, notre culture, ou d’entretenir nos infrastructures. C’est aussi l’impôt qui permet de régler les intérêts de la dette très importante que notre pays a contractée au fil du temps. Mais l’impôt, lorsqu’il est trop élevé, prive notre économie des ressources qui pourraient utilement s’investir dans les entreprises, créant ainsi de l’emploi et de la croissance. Et il prive les travailleurs du fruit de leurs efforts. » Sur le site granddebat.fr 63 491 contributions de 50503 participants ont été déposées sur cette thématique.

Résultats et Synthèse de l’étude Fiscalité et dépenses publiques

Présenté comme la deuxième thématique par le site internet le granddebat.fr, la question de la fiscalité et des dépenses publiques est la section du site qui a recueilli le plus de contributions de la part des citoyens français. Cette synthèse met en lumière une quantité similaire de contributions pour le sujet de la fiscalité et l’impôt par rapport au sujet des dépenses publiques.

La fiscalité et l’impôt

Le débat sur ce sujet fait émerger deux souhaits des contributeurs : Un désir d’équité avec une plus forte contribution des plus riches et la fin des niches fiscale.

Falgayras : « Faire payer les riches, les ultra riches, les grandes entreprises. »,

Parallèlement à cela, les contributeurs de ce grand débat aspirent à plus d’égalité avec des contribution comme Portelli : « Impots sur le revenu dès le 1er € ». Le propos de Livache tend à résumer et synthétiser ce double besoin d’égalité et d’équité « En France soit on est pauvre et on a droit à un peu d aide et on galère, soit on est riche (et on profite de niches fiscales ou de conseils avisés pour en être exonéré) ».

Enfin, il est possible d’identifier un besoin de simplification de la fiscalité, certains plaidant pour une hausse de la TVA (1ier impôt de France) avec une suppression des différents impôts sur les revenus. Soulard comme d’autres « Supprimer les taxes de toutes sortes… Ne garder que la TVA ». Le terme « suppression » associé aux différentes taxes et régime spéciaux est particulièrement redondant. Ce besoin de simplification s’exprime aussi dans le domaine des aides avec une contribution comme celle de CG : « L’IMPOT C’EST LA CITOYENTE, pas l’assistanat […] regrouper toutes les aides (apl, familiale, réduc transport, cantine…), en une seule fixe, par exemple 700e par foyer fiscal quelqu’en soit la situation familiale. ». Autrement dit, ces contributeurs proposent plus de simplicité et par conséquent moins d’opacité. Actuellement selon budget.gouv.fr les recettes générées par la TVA représentent 54% des recettes totales de l’état. Une refonte des impôts autour d’une hausse de la TVA et des impôts locaux pourraient être envisagés.

Les dépenses publiques

Concernant les dépenses publiques, les contributions font émerger un consensus autour de la baisse des dépenses publiques avec un nécessaire retour à l’équilibre budgétaire et plus de transparence. Amu : « Communiquer annuellement à tous les citoyens, comment sont utilisés les impôts des français » Banloux : « Publier une info claire sur les subventions des associations, l’utilisation de l’argent public par les hauts fonctionnaires et députés. Un site unique avec en face du nom ,les dépenses ».

Par contre, cette étude observe qu’il n’y a aucun consensus quant aux  solutions pour limiter les dépenses publiques. Des solutions très variées comme réduire l’assistanat, réduire les budgets des collectivités locales, réduire le nombre de fleurs dans les villes ou réduire les frais des politiciens sont proposées… Sur ce dernier point et malgré la faible part du budget alloué à la gestion et fonctionnement de l’état (sur 282 milliards, 13,8 des dépenses vont au fonctionnement de l’état quand 78,7 vont à l’éducation, budget dépassant, 66 à la défense et sécurité, 46,1 à l’écologie, 41,2 à la dette et 25,7 à la santé et solidarité selon le projet de loi finance 2018), plusieurs contributeurs demandent une réduction du budget alloué au politique. Michel : « Réduire le train de vie de l’état => nombre de parlementaires (sénateurs et surtout députés), pas de carrière en politique. Si élection, enchainement de 2 mandats au maximum ». Aubignat : « Il faut réduire drastiquement les dépenses publiques en commençant par le haut de la pyramide (anciens présidents, ministres, sénateurs… emplois publics scandaleusement rémunérés pour faire accepter celles qui rapportent vraiment, allocations chômage, santé »

Réduire le nombre de parlementaires (sénateurs et députés), limiter le salaire à la durée du mandat, limiter les parlementaires à deux mandats. Autrement dit, ces citoyens qui ont contribué au débat en ligne ne veulent plus autant financer le système politique français.

Etude 3 : Démocratie

Le mot « démocratie » est un des termes les plus redondant au sein des diverses contributions. En effet, les citoyens sont de plus en plus engagés dans leur citoyenneté et souhaitent participer à la vie politique de leur pays. Le président de la France introduit cette partie de la manière suivante : « Être citoyen, c’est contribuer à décider de l’avenir du pays par l’élection de représentants à l’échelon local, national ou européen. Ce système de représentation est le socle de notre République, mais il doit être amélioré car beaucoup ne se sentent pas représentés à l’issue des élections ». La laicité et l’immigration font également parties de cette section du débat. Cette partie avait généré 37 818 contributions de 31 032 participants au 21 Janvier 2019.

Résultats et Synthèse de l’étude Démocratie.

Le modèle de l’incidence

Comme décrit en introduction, les citoyens des années 2000 expriment un fort désir de participation aux décisions qui peuvent influencer leur quotidien. Ainsi sur cette thématique, plusieurs contributeurs souhaitent plus de démocratie, de votes, de participations, de referendums (différentes formes suggérées), de proportionnelle, de contributions, de droits et de proximité. Jérémy : « Les élus qui sont au plus proche de nous, comme à la mairie par exemple […] Grâce à internet surtout, car c’est ce qui demande le moins d’efforts aux citoyens et c’est pratique pour faire des statistiques lors de l’analyse des réponses. Mais également de manière très locale en créant des réunions de rassemblement dans les mairies par exemple, ce qui permettrait à tout le monde, même les personnes agées de participer. »

En parallèle, un certain nombre de contributions demande la comptabilisation du vote blanc. Que nous n’oublions pas la voix des citoyens qui se déplacent aux urnes et expriment un désaccord avec l’offre. Lebonsens : « Vote blanc, OUI bien sûr, nous devons pouvoir exprimer qu’aucune solution proposée ne nous plait ».
Sur la question de l’immigration, les français semblent à priori plus divisés, certains demandant plus d’immigrations tandis que d’autres, plus de contrôle et de fermeté. Il en va de même sur la laïcité, certains contributeurs basent leur réflexion sur l’apprentissage du français et l’éducation tandis que d’autres demandent la nomination des représentants religieux par l’état.

Pour synthétiser, le consensus issu de cette partie est le souhait des citoyens de reprendre le contrôle sur les décisions politiques.

 

Étude 4 : Organisation de l’état

L’objectif de cette partie du grand débat est selon le président de la France de réformer l’organisation de l’état. Il insiste sur le coût des services publics vitaux et indispensables à la cohésion sociale. Sur cette question, quelles seraient les solutions pour être plus efficient ? Au 21 Janvier, cette partie du grand débat national avait suscité 39 303 contributions de 31 876 participants.

Résultats et Synthèse de l’étude Organisation de l’état

 

Enfin pour ce dernier thème, (selon l’ordre de présentation du site internet) qui a tout de même récolté 39 303 contributions, une certaine diversité d’informations est observée.

Tout d’abord, un grand nombre de contributeurs appellent à une refonte des services de l’état. Le champ lexical suivant : « décentraliser », « supprimer », « simplification », « réorganisation », « millefeuille » atteste de ce besoin. Par exemple, citoyen engagé propose « Un Guichet unique, polyvalence pour pouvoir répondre sur plusieurs sujets. ». Les bureaux de postes pourraient par exemple assurer un certain nombre de services standards. Dans le même sens Ana dit : « Les organismes publiques (impôts, caf, pole emploi, assurance maladie, retraite,…) devraient être tous regroupés sous une seule et même entité. Cela permettrait de: – offrir la possibilité aux citoyens de retrouver tous les services publics dans un même lieu – restreindre le temps de traitement des dossiers – restreindre les coûts de fonctionnement (1 seule entité = moins de personnel pour la gérer) – éviter les fraudes aux aides sociales (les services étant regroupés, les fichiers sont mutualisés) – les fichiers étant mutualisés, les aides sociales pourront être automatiquement attribuées sans que le citoyen ait besoin de déposer la demande, et calculées sur les revenus de l’année en cours. ». Toujours sur ce thème de l’accessibilité, plusieurs contributions portent sur le thème d’un meilleur accès aux services publics en ligne.

L’analyse de ces contributions fait également ressortir une réelle opposition à la nouvelle régulation de la vitesse. Ainsi « 80 » est le 21ème terme le plus cité dans cette partie sur l’organisation de l’état. Les citoyens se sentent bridés dans leurs déplacements. Au cours de l’histoire, l’homme se déplace de plus en plus vite. Ce retour en arrière est perçu comme une atteinte aux libertés individuelles. Régis : « Il faut revenir sur l’abaissement de la limitation de vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire. Cette mesure a été imposée sans concertation, après une expérimentation biaisée aux résultats peu probants, contre l’avis des Français. »

 

Enfin sur le nombre de fonctionnaires, cette analyse conclue à une absence de consensus. Certains en demandent plus quand d’autres en demandent moins.

Étude 5 : Le grand débat sur les réseaux sociaux, acteurs et sujets.

Pour cette synthèse, 25 964 tweets contenant #GrandDebat ont étés téléchargés avec un crawler. L’objectif est d’analyser la perception des français vis-à-vis du grand débat dans un espace ouvert, celui des réseaux sociaux. En effet sur ces derniers les français répondent à aucune question ou directive. De plus l’étude des communautés virtuelles politique sont intéressantes pour mettre en lumière des positions communes (Trespeuch, 2018). In fine,  cette analyse amène une validité externe à cette recherche et permet également d’identifier les principaux acteurs du grand débat !

 Résultats de l’étude 5

1 Les acteurs du #GrandDebat sur Twitter

Tout d’abord l’analyse de la modularité selon les recommandations de Blondel et al., (2008) a permis de mettre en lumière 7 communautés ou sous-groupes (vert ; bleu; bleu-vert; violet ; Noir ; Orange ; Rose).   Concernant les acteurs, le premier graphique met en lumière les personnes qui participent le plus à la vie du sous-groupe par leur tweets et interpellation des autres membres (out-degree) et le deuxième graphique met en lumière les membres du sous-groupe qui se font le plus interpellés.

Analyse Tweeter Grand Débat

Vert : Un grand nombre d’individus interconnecté qui parlent principalement d’@emmanuelmacron et dans une moindre mesure de manonaubryfr.

Bleu : @ensemblemacron; @costeslioneler; @nordsud6213 sont les membres les plus actifs de ce sous-groupe. Ils parlent de @stanguerini @bgriveaux @ephilippepm @emmwargon

Bleu-Vert : @brunellecb75011 @damocles1bis et @rose18937173 sont les principaux animateurs de ce sous-groupe qui parle principalement de @marleneschiappa, @cyrilhanouna et @duboschristelle

Violet : Le sous-groupe violet est constitué d’un ensemble d’individus avec un poids égal qui citent tous dans leur tweet : @brevesdepresse. La majorité des tweets partagés sont contre la tenue du grand débat. Cela ressemble fortement à de l’ingérence de bot (robots) dans le grand débat.

Noir : Le sous-groupe noir se rallie à @bbr4369, @dupontaignan et @fredsochard.

Orange : Dans le sous-groupe orange, on note la participation active de @92enmarche, @Ren22389991 et @modem17. Ce sous-groupe interpelle le compte @gouvernementfr

Rose : Enfin le sous-groupe rose dont les contributions des membres sont relativement bien reparties parlent surtout de @laelia_ve.

Pour synthétiser, les principaux contributeurs du #GrandDebat, ceux qui citent le plus les autres, (Outdegree) et ceux qui sont le plus souvent cités (In degree) sont liés au gouvernement : @COSTESLionelEr; @brunellecb75011; @nordsud6213.

A noter que certains comptes comme @DuPouvoirDachat sont à priori connecté à aucun sous-groupe mais interpelle un grand nombre de personnes.

Ci-dessous un graphique réalisé par Mika Laiti https://twitter.com/mihkal qui met également en exergue les personnalités qui animent le #granddebat sur Twitter (à noter l’absence des extrêmes).

Enfin deux autres graphiques réalisés le 26 Février cette fois-ci à partir de 29 700 tweets. Comme précédemment, le premier graphique met en lumière les personnes qui participent le plus à la vie du sous-groupe par leur tweets et interpellation des autres membres (out-degree) et le deuxième graphique met en lumière les membres du sous-groupe qui se font le plus interpellés.

2. La synthèse du #GrandDebat sur Twitter :

Sur le plan du contenu voici ci-dessous les 12 tweets les plus populaires autour du grand débat.

Tweet Favorite Count Retweet Count
Un débat fourre-tout, encadré, verrouillé, où le gouvernement pourra piocher à sa guise les propositions qui l’arrangent… Monsieur le Président, en démocratie, on ne joue pas avec la participation des citoyens. #GrandDebatNational https://t.co/xbAxIE5f2h 2490 1378
🗣 @EmmanuelMacron à un citoyen à #BourgDePéage :

« Si j’étais née banquier d’affaire vous pourriez me faire la leçon… Ce n’est pas le cas… Vous pouvez ne pas aimer les banquiers, en attendant, vous ne pouvez pas avoir de prêt sans banquier »

📺 #GrandDebatNational #La26 https://t.co/0GRbM57B0v

1406 631
Sondage exclusif Fondation #30millionsdamis/@IfopOpinion : pour plus d’1 Français sur 2 la protection animale DOIT faire partie du #GrandDebatNational. 78% ne font pas confiance à @EmmanuelMacron pour défendre les #animaux. 👇
https://t.co/tnvTIbtJSA
1172 608
Sondage exclusif Fondation #30millionsdamis/@IfopOpinion : pour plus d’1 Français sur 2 la protection animale DOIT faire partie du #GrandDebatNational. 78% ne font pas confiance à @EmmanuelMacron pour défendre les #animaux. 👇
https://t.co/tnvTIbtJSA
1172 608
Excellent⭐️Même les Belges se moquent de nous !
Fable le Macreun et les Gueux‼️
#GrandDebatNational #GiletsJaunesConstituants #Giletsjaunes @castafiore31 @KarineKELLER_DS @FranceIZA @tropical_boy @youplabooma @AneSucre @Aramisunchained @SAMARIEN79 @SJallamion https://t.co/WDVHXewH8Z
1094 1091
#GrandDebatNational
Où l’on apprend sur @News @LaurenceFerrari que les questions posées par les maires étaient préalablement envoyées à l’Elysée donc @EmmanuelMacron pouvait faire son savant ! https://t.co/mEInwflyZg
1034 1460
Le militant Sud Poste @GaelQuirante a voulu interpeller Murielle Pénicaud avec ses camarades. Voilà comment il a été reçu.
Il faut croire que toutes les voix ne sont pas les bienvenues en cette période de #GrandDebatNational #GrandDebat
Images : @sudposte92 https://t.co/dkKKR4Jpkk
1010 1568
Je lance un appel aux femmes (avec ou sans) #giletsjaunes à s’emparer du #granddebatnational pour faire entendre leurs revendications !
👉🏾Organisez vos consultations autonomes
👉🏾Venez au ministère m’en faire part
👉🏾Je viendrai à votre rencontre vous écouter si vous le souhaitez https://t.co/VVirGI5wLQ
947 398
Alors que la @CNDPDebatPublic voulait assurer l’impartialité du  #GrandDebatNational, l’Élysée s’y est opposé. Docs confidentiels à l’appui @Mediapart révèle la lutte dans les coulisses du pouvoir pour transformer l’initiative en campagne de communication https://t.co/0UlApZZPWb https://t.co/SL2Ssk2QjS 895 1172
Pour tous ceux qui n’avaient pas vu les preuves des manipulations de l’Élysée et de Matignon pour transformer le #GrandDebatNational en 1 opération de communication au profit de @EmmanuelMacron, elles ont ici, en accès libre jusqu’à minuit sur @Mediapart https://t.co/0UlApZZPWb 848 993
« Mettre les chômeurs à disposition des entreprises » ? Et moi qui croyais que ça se faisait déjà, que ça s’appelait « l’embauche » avec un contrat de travail, un salaire, #toussa
#GrandDebatNational #Nimportequoi https://t.co/plWe5KyHjE
828 580
#GrandDebatNational : il ne serait pas normal que les questions d’immigration, d’intégrisme et de communautarisme soient exclues du débat. Ces thèmes doivent pouvoir être abordés. Quand on ouvre un débat, on doit laisser la parole aux Français. #LesEchos 780 574
🔵 #GrandDebatNational: et si on abolissait les privilèges inacceptables de notre noblesse d’Etat composé d’Enarques ainsi que leur rémunération folle financée par des contribuables dont les prélèvements obligatoires deviennent de + en + insupportables? 🔵https://t.co/euyoHwnzOw 724 652
🎥 « Ce débat était une tentative d’opération survie pour E.#Macron. […] Je pense que son quinquennat est terminé. » – Eric #Zemmour sur @CNEWS .
#GrandDebatNational #GiletsJaunes https://t.co/lWvBiwyxrZ
712 516
Il est temps de dire stop au macronisme quotidien ! Désormais, le temps de parole de #Macron doit se faire hors caméras lors des futurs débats du #GrandDebatNational  ! #DirectAN https://t.co/s0JVqNgunt 707 380
François – Gilet Jaune : « Je crois que la difficulté vient du carcan des traités
de l’#UE 🇪🇺, qui en réalité fixe une politique économique que l’on ne peut
pas changer et qui nous condamne à des politiques d’austérité. »

#GrandDébatNational #GiletsJaunes #Frexit #Euroxit #RIC https://t.co/S9qt48Niwc

659 505
@damienadam76 Demandez aux français s’ils sont opposés aux peines planchers pour les fraudeurs fiscaux et au CICE réservé exclusivement aux TPE/PME … ces mesures sont plébiscitées et pourtant, nous savons d’ores et déjà qu’elles ne seront pas adoptées à l’issue du #GrandDebatNational 601 180
#ViolencesPolicieres #Castaner #police #Macron #LREM #GiletsJaunes #GrandDebatNational

😮  Noooon @MarleneSchiappa ….dis moi pas que tu vas laisser ces images insupportables de violences faites à une femme sous silence ? 😲 https://t.co/SZabzIc72q

601 888

Comme dans les précédentes études, les citoyens demandent plus de pouvoir décisionnel. Ils souhaitent être de réelle partie prenante dans les décisions politiques. Un deuxième courant de tweets populaires concerne des critiques à l’égard du grand débat et de la transparence de ce dernier. De nombreux internautes se demandent à quel point ce #GrandDebat va changer les choses. Cet aspect n’était pas ressorti comme un point central des contributions en ligne. Dans un deuxième temps l’ensemble des 25 964 tweets ont permis de réaliser l’analyse textuelle sémantique suivante.

Synthese du Grand Débat Twitter

Certains thèmes étaient présents dans les études précédentes comme transition écologique : « Au programme 👉 Transition écologique » ; « actes #concrets pour une nouvelle transition écologique »; de même les messages en liens avec les « députés », « l’assemblée », les « dépenses publiques » font échos à certaines contributions du site granddebat.fr. Tandis que d’autres termes émergent de cette analyse : « #giletsjaunes », « Mères », « campagne » et mettent en lumière des préoccupations et critiques différentes de celles déposées sur le site officiel : « le #granddebat spécial mères isolées » ;  «  C’est déjà tout prévu à l’avance »; « il s’apparente davantage à une campagne déguisée pour les #Européennes2019 ». Pour synthétiser cette étude conforte certaines contributions que l’on retrouve sur le site internet granddebat.fr tandis que d’autres préoccupations notamment à l’égard des suites que le gouvernement va donner au grand débat sont davantage présentes sur les réseaux sociaux.

Discussion générale

Cette analyse des 187 048 contributions déposées sur le site granddebat.fr a plusieurs vertus : Tout d’abord elle a permis de faire ressortir les aspects les plus saillant du corpus de propositions. Les résultats de cette synthèse sont relativement différents de ceux présentés par les maires ruraux de France qui avaient mis en lumière les sujets suivants : Justice sociale = 17,2 % ; Justice fiscale= 14,3 % ; Organisation politique et territoriale= 14,0 % ; Aménagement, transports et mobilités= 9,4 % ; Vie démocratique= 8,7 % ; Transition écologique et énergétique= 8,4 % ; Emploi et économie= 8,3 % ; Sujets internationaux= 5,4 % ; Services de proximité= 5,1 % ; Rôle de l’État dans les territoires= 5,1 % ; Autres= 4,1 %. Deux déterminants opposés peuvent expliquer ces différences. Tout d’abord la liberté de parole derrière un écran est plus libre et plus grande. Il y a ainsi moins de désirabilité sociale (se présenter sous son meilleur jour, agir et répondre en fonction des attentes de l’interlocuteur). A l’inverse, les contraintes du site internet en termes de canevas ont probablement influencé les contributions.

Un deuxième apport de cette synthèse est d’être parvenu à montrer qu’il existe plusieurs consensus parmi les contributions : importance de la transition écologique, de la réduction des dépenses pour un budget à l’équilibre, de la réorganisation des services publiques et de l’annulation de la limitation de vitesse à 80km/h.

Enfin dans un dernier temps, l’analyse des propositions plus en détail a permis de faire émerger certaines solutions qui nécessitent une totale réorganisation mais méritent réflexion : La TVA et les impôts locaux comme seuls impôts, les bureaux de postes intégrant un plus grand nombre de services de l’état, réduire le nombre de parlementaires et frais associés… Pour ces différentes raisons, cette synthèse ou point d’étape devrait à priori permettre de faire avancer le débat.

Aussi, comme tout travail de synthèse, cette recherche n’est pas exempte de limites. Tout d’abord sur le plan méthodologique, certaines idées aussi brillantes soient elles, ont pu être omises de ce travail de synthèse lorsqu’elles n’étaient pas reprises par une majorité de contributeurs. Sur le fond, des motivations égocentriques ont pu amener des contributions dont les retombées sur la société dans son ensemble sont limitées. Critiques qui avaient précédemment étaient adressées à la théorie d’Adam Smith qui dit que l’ensemble des actions individuelles des acteurs économiques, guidées (par définition) uniquement par l’intérêt personnel de chacun, contribuent à la richesse et au bien commun. De plus , le fait de se limiter aux contributions en ligne peut représenter un biais d’échantillonnage, car, en effet certaines tranches de la population vont préférer s’exprimer lors de débats organisés dans la vie réelle. De même les citoyens qui ne prennent pas la parole ne sont par conséquent pas représentés dans cette synthèse.

Conclusion

Pour conclure, les différentes contributions permettent d’entrevoir une nouvelle forme de société qui serait plus respectueuse de l’environnement et davantage tournée vers le local, tant sur le plan de la consommation, des impôts, que des services de l’état. Dans cette nouvelle configuration simplifiée et moins opaque, le citoyen est repositionné au cœur de l’échiquier politique.

  

Bibliographie

Damasio AR (1994) Descartes’ error: Emotion, rationality and the human brain. New York: Putnam.

Damasio AR (2003) Spinoza avait raison; joie et tristesse, le cerveau des émotions. Paris: Odile Jacob.

Füller J, MüHlbacher H, Matzler K, et al. (2009) Consumer empowerment through internet-based co-creation. Journal of Management Information Systems 26(3): 71–102.

Han J, Seo Y et Ko E (2017) Staging luxury experiences for understanding sustainable fashion consumption: A balance theory application. Journal of Business Research 74. Elsevier: 162‑167.

Kähr A, Nyffenegger B, Krohmer H, et al. (2016) When Consumers Harm Your Brand – The Phenomenon of Consumer Brand Sabotage. Journal of Marketing.

Kotler P, Kartajaya H, Setiawan I, et al. (2017) Marketing 4.0 : le passage au digital. Boeck.

Kozinets R V (2002) The Field Behind the Screen: Using Netnography for Marketing Research in Online Communities. Journal of Marketing Research (JMR) 39(1): 61‑72.

Kozinets R V (2010) Netnography. Wiley Online Library.

Kreziak D (1998) Les motivations de la consommation verte: une approche par les chaînages cognitifs.

Ozcaglar-Toulouse N (2009) Quel sens les consommateurs responsables donnent-ils a leur consommation? Une approche par les recits de vie. Recherche et Applications en Marketing 24(3). SAGE PublicationsSage UK: London, England: 3‑23.

Petkus E (1992) Implications of the Symbolic Interactionist Perspective For the Study of  Environmentally-Responsible Consumption. ACR North American Advances NA-19.

Solomon MR (1983) The Role of Products as Social Stimuli: A Symbolic Interactionism Perspective. Journal of Consumer Research 10(3). Oxford University Press: 319.

Steg L et Vlek C (2009) Encouraging pro-environmental behaviour: An integrative review and research agenda. Journal of Environmental Psychology 29(3). Academic Press: 309‑317.

Trespeuch L (2017) La participation du consommateur, antécédents et conséquences: proposition d’un modèle intégrateur appliqué au cas du crowdfunding. Université Grenoble Alpes.

Trespeuch, L. (2018). Quels liens unissent les internautes au sein des communautés virtuelles? Le cas des partis politiques. Hermes, La Revue, (2), 201-211.

Données: Pour télécharger les données data des réseaux sociaux en lien avec le grand débat national, c’est ci-dessous:
http://leotrespeuch.com/#GrandDebatData.zip
Pour télécharger les données des contibutions en ligne vous devez vous rendre sur https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/donnees-ouvertes-du-grand-debat-national/

3 réflexions au sujet de « Synthèse du grand débat (granddebat.fr) organisé par le président Emmanuel Macron et son gouvernement dirigé par Édouard Philippe. Quand les citoyens participent à la conception d’un nouveau modèle de société. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *